La transformation industrielle

Face aux changements climatiques dûs à l’émission de dioxyde de carbone, le secteur industriel a dû et doit continuer à se réinventer. De nombreux concepts accompagnent cette transformation, comme l’ éco-éfficience, l’économie circulaire, le zero waste, l’empreinte écologique et l’équité.

L’éco-efficience se définit par doing more with less, ce concept est apparu en pleine taylorisation de l’industrie, particulièrement pendant le fordisme. Il a aboutit aux 3 Rs Reduce, reuse and recycle.

La mondialisation de cette nouvelle vision concernant l’industrie, l’économie mais aussi la société et l’environnement fut permise par le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992.

Cette diffusion a facilité le développement de l’économie circulaire dans le Monde entier, avec comme principes de base Waste equals food, Zero Waste. La vision linéaire de la production est alors devenue une vision circulaire, auquel s’est ajoutée la minimisation de l’émission de CO2, la réduction de l’empreinte écologique grâce aux énergies renouvelables.

A ces concepts économiques et écologiques, se sont ajoutés des concepts sociaux, tels que l’équité (voir article: Défis et solutions: Société).

La pensée systémique

Pour obtenir des résultats efficients, il est nécessaire d’abandonner la vision linéaire dans la solution de problèmes. La vision systémique permet d’obtenir une rétro-alimentation et d’avoir une vue de l’ensemble du Monde. Elle permet d’intégrer tant les propres objectifs comme ceux d’autres agents, ainsi que les effets colatéraux sur l’environnement.

En général, un système s’auto-régule à travers les liens entre les acteurs. Il peut s’équilibrer, en générant des forces de résistance, ou renforcer un phénomène avec des effets positifs rétroactifs, en amplifiant les changements, ce qui conduit à un nouvel équilibre. Dans ce dernier cas, le nouvel équilibre peut être contrôlé ou réduit par un effet rétroactif négatif.

Il faut prendre en compte aussi les délais qu’on croit souvent garantis, alors qu’ils sont, dans la plupart des cas, sous-estimés. Dans le cas des effets positifs rétroactifs, il se peut que les délais ne soient pas aussi rapides qu’on pense. Dans le cas d’un système équilibré, les délais peuvent conduire à des surprises, voire même au collapse.

Prenons l’exemple de la congestion du trafic automobile. Quand le trafic augmente, l’environnement et la sécurité diminuent. Quand la congestion du trafic augmente, la dépendance aux voitures aussi. Finalement, quand le nombre de routes augmente, l’utilisation du transport public diminue. Si nous introduisons toutes ces variables dans un système, nous pouvons voir que, d’une part, la congestion du trafic influence le nombre de routes et vice-versa, et, d’autre part, la qualité de l’environnement et la sécurité sont influencées par le nombre de routes et influencent la dépendance aux voitures. Quant au transport public, il a un effet négatif sur la dépendance aux voitures et vice-versa. Conclusion: si on introduit une législation sur la politique du transport qui restreint l’usage des voitures et promeut l’usage du transport public, nous pourrons obtenir des bénéfices à long-terme sur la qualité de l’environnement et la sécurité.

Ecologie

Ecologie vient du grec Oikos qui signifie maison, patrimoine. Le terme a été créé par le biologiste allemand Ernst Haeckel, Ökologie. Le dictionnaire Larousse définit l’écologie comme la « science ayant pour objet les relations des êtres vivants(animaux, végétaux, micro-organismes) avec leur environnement, ainsi qu’avec les autres être vivants ».

L’écosystème est l’unité de base écologique. F. Capra et P.L. Luisi (2014) l’ont définit comme: « La communauté de différentes espèces dans un espace particulier, interagissant avec son environnement non-vivant ou abiotique (air, minéraux, eau, lumière solaire, etc.) et avec son environnement vivant et abiotique (c’est à dire avec les autres membres de la communauté).

La biosphère est la plus grande unité écologique, la somme globale de tous les écosystèmes. Ce terme a été introduit par le géologue autrichien Eduard Suess en 1875.

L’écologie est apparue à la fin du XIXème siècle. On peut citer la « Géographie des plantes » du naturaliste allemand Alexandre de Humboldt (1905), les « séries écologiques » et les « unités écologiques » du botaniste français Charles Flahault (1901). Dans les années 1920 et 1930, les scientifiques firent de nombreuses apportations à l´écologie. F. Capra et P.L. Luisi (2014) citent les apportations du zoologiste anglais Charles Elton (chaînes alimentaires et cycles alimentaires), le limnologue américain Raymond Lindeman (niveaux trophiques), l’écologiste américain Frederic Clemets (climax de la communauté). Dans les années 1950, l’écologiste américain Eugène Odum a écrit Fundamentals of Ecology (1953).

Défis et solutions: Culture

Le développement durable touche l’environnement, l’économie, la société et aussi la culture. Selon le dictionnaire Larousse, la culture se définit comme: « les connaissances dans un domaine particulier » et « l’ensemble des phénomènes matériels et idéologiques qui caractérisent un groupe ethnique ou une nation, une civilisation, par opposition à un autre groupe ou à une autre nation ».

Les défis reliés à la culture sont de deux types: garantir l’accès aux connaissances et respecter les différentes cultures, en les considérant partie du patrimoine, d’un groupe de personnes et/ou d’une aire géographique.

Les solutions à ces défis émergent de différents acteurs. Le secteur éducatif doit permettre un accès à tous les citoyens aux connaissances. C’est l’objectif 4 des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies. L’ UNESCO, les politiques nationales et locales veillent à la protection de la culture comme patrimoine immatériel.

Un exemple d’un élément culturel considéré comme Patrimoine culturel immatériel (PCI) de l’Humanité par l’UNESCO est els castellers catalans. Ces tours humaines ont plus de 200 ans d’histoire et font partie de l’identité catalane. En 2010, l’UNESCO les a reconnu comme Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité, afin de protéger cette tradition.

Ici, vous trouverez une vidéo de 2009, du Département de culture et moyens de communication de la Generalitat de Catalunya, qui explique la culture populaire des castellers: https://youtu.be/p3y7go0wZWQ

Défis et solutions: Société

Le principal défi social du développement durable est la réduction des inégalités entre les pays (particulièrement entre pays développés et pays en voie de développement) et au sein des pays (entre les classes sociales, les hommes et les femmes et les différentes ethnies).

Le développement durable doit assurer un partage équitatif de la distribution des richesses. Il s’agit de la dimension sociale du développement durable. Pourquoi parle-t-on d’un partage équitatif et non pas égalitaire? Parce qu’il faut prendre en compte les besoins non assouvis des différentes personnes.

“Interaction Institute for Social Change | Artist: Angus Maguire.”

interactioninstitute.org and madewithangus.com

Qualité consistant à attribuer à chacun ce qui lui est dû par référence aux principes de la justice naturelle

https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/%C3%A9quit%C3%A9/30712

La justice sociale est fondée sur l’égalité des droits pour tous les peuples et la possibilité pour tous les êtres humains sans discrimination de bénéficier du progrès économique et social partout dans le monde. Promouvoir la justice sociale ne consiste pas simplement à augmenter les revenus et à créer des emplois. C’est aussi une question de droits, de dignité et de liberté d’expression pour les travailleurs et les travailleuses, ainsi que d’autonomie économique, sociale et politique

https://www.un.org/fr/observances/social-justice-day

Qui peut mettre en place ces solutions équitables ?

– Les organisations internationales comme l’Organisation des Nations Unies , l’Organisation Internationale du Travail, l’Organisation Mondiale du Tourisme.

En 1948, les états membres de l’ONU ont adopté la Déclaration universelle des Droits de l’Homme. En 2008, la Déclaration de l’OIT sur la justice sociale pour une mondialisation équitable a été adoptée. En 2018, l’OMT a souligné l’importance de l’importance de l’équité entre les deux sexes. Les 17 Objectifs de Développement Durable proposent aussi des solutions face à ces défis.

– Les gouvernements au niveau national, régional et local.

Le gouvernement français adopta la Déclaration de l’Homme et des citoyens en 1789. Les principaux instrument de justice sociale sont la protection sociale (aide au revenu, garantie de l’accès au logement et à l’éducation) et la prestation sociale. Un instrument d’équité est la discrimination positive (Affirmative Action en USA, Discrimination Positive en faveur des femmes dans l’enseignement universitaire suisse).

– Les Organisations Non-Gouvernementales comme Human Rights Watch, et le réseau Solidar.

Défis et solutions: Economie

Les défis de demain ne sont pas seulement environnementaux, mais aussi économiques. En effet,  en pleine économie quaternaire, la précarité des travailleurs est en pleine hausse.

Dans un premier temps, il semble nécessaire de definir le secteur quaternaire. Dans la littérature scientifique, les définitions sont multiples. Certains le considèrent comme le secteur du bénévolat (Sue, 1997), d’autres comme tout service autre que les services à la personne (Foot et Hatt, 1953). Dans cet article, je propose une définition relativement répandue en Espagne: le secteur quaternaire regroupe les activités liées à la recherche scientifique, l’information, les technologies et les communications.

En pleine ère du secteur quaternaire, les machines remplacent peu à peu les employés les moins qualifiés tant dans l’agriculture, dans la production industrielle comme dans le secteur terciaire. Entre 2005 et 2015, le taux de chômage en France est passé de 8,9% à 9,4% et en Espagne de 9,2% a 22,1%.

Cet essor du chômage a provoqué, pour de nombreux ménages, un manque d’accès au marché. De l’autre côté de l’Atlantique, la situation est guère mieux. Aux Etats-Unis, les working-poors se joignent aux personnes sans-emploi face aux clases moyennes et élevées dans la société la plus inégale du monde. L’accès au logement, comme dans de nombreux pays, est très difficile pour ces populations excluses et marginalisées.

Cependant, des solutions émanent des gouvernements, des entreprises et des individus. Dans le cas du logement, de plus en plus de groupes d’individus créent des coopératives de logement. De nombreuses entreprises assurent une vie digne à ses employés, créant des codes éthiques et de conduite, à travers des politiques de responsabilité sociale. Quant aux gouvernements locaux, la plupart s’implique dans la construction de logements sociaux, soit parce qu’ils en sont obligés par la loi, comme en France, soit parce qu’ils veulent palier aux carences du système immobilier, comme à Barcelone.

Défis et solutions: Environnement

Les principaux défis environnementaux de demain sont:

  • La mitigation du changement climatique.
  • Le respect des ressources naturelles face à leur exploitation massive actuelle.
  • La pureté de l’eau, du sol et de l’air face à une pollution dûe aux activités humaines passées  et présentes.

Les premières solutions à ces défis environnementaux émanèrent des écologistes dès les années 1970.  On peut en citer quelques unes:

  • La réduction de la consommation, du transport de marchandises, comme de personnes, permet de diminuer les émissions de dioxyde de carbone, et de ce fait, l’empreinte écologique.
  • La création de parcs naturels permet d’éviter certaines activités humaines dans des zones préservées. Certaines parties de parcs naturels peuvent être d’accès interdit.
  • L’écologie politique, influencée par d’autres mouvements (anarchisme, mouvement ouvrier, féminisme)  permet d’insérer différents concepts environnementaux tels que les ecosystèmes, la biosphère dans l´élaboration de politiques, tant à niveau local comme national et international, qui visent à limiter la pollution.

Qu’est-ce que le développement durable?

Similaire au concept de Sustainability, le concept de développement durable reflète un développement qui a la qualité de provoquer peu ou pas de dommage à l’environnement, et donc une capacité d’exister à long terme.

Afin d’atteindre cette durabilité, le respect des ressources naturelles est primordial. L’équilibre écologique doit être maintenu.

Les trois dimensions principales du développement durable sont: l’économie, la société et l’environnement. Ces dimensions sont interdépendantes comme le révèla un rapport d’IUCN de 2006. Le développement doit être viable, équitable et tolérable.

Les Nations Unies y ont ajouté une quatrième dimension: la culture (Agenda 21 for the Culture), et en 2015, 17 objectifs de développement durable (Sustainable Development Goals, SDGs) ont été définis et adoptés par 193 pays dans le cadre de l’Agenda 2030 pour le développement durable. Ces objectifs sont les suivants:

1. Eradication de la pauvreté

2. Lutte contre la faim

3. Accès à la santé

4. Accès à une éducation de qualité

5. Egalité entre les sexes

6. Accès à l’eau salubre et à l’assainissement

7. Recours aux énergies renouvelables

8. Accès à des emplois décents

9. Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation

10. Réduction des inégalités

11. Villes et communautés durables

12. Consommation et production responsables

13. Lutte contre les changements climatiques

14. Conserver et exploiter de manière durable les océans et les mers

15. Vie terrestre

16. Justice et paix

17. Partenariats pour la réalisation des objectifs.